Centre média

Presse

Photo reportages

Vidéos

Contacts pour information

 

La malnutrition des enfants au Burkina Faso : observation direct sur le terrain par les députés de l’Assemblée Nationale

© UNICEF Burkina Faso/2013/Tarpilga C.
Mme Christiane Tiao, épouse du Premier Ministre et marraine de l'atelier en compagnie des parlementaires au cours de la visite guidée du Centre de récupération et d'éducation nutritionelle (CREN) de Zorgho, Burkina Faso

Dans le cadre de l’atelier de réflexion sur la malnutrition des enfants, ses conséquences et les alternatives palliatives, une visite de terrain des députés de l’Assemblée Nationale a eu lieu le 24 juillet 2013 dans la province du Ganzourgou. Cette visite a connu la participation des parlementaires, de Madame Christiane Tiao, marraine de l’atelier, de Madame Félicité Tchibindat, Représentante par intérim de l’UNICEF, des épouses des membres du Gouvernement et des experts en nutrition.

L’objet de cette visite de terrain était de permettre aux parlementaires de toucher du doigt la réalité de la malnutrition des enfants afin de mieux comprendre les enjeux de la problématique, les stratégies et les actions en cours pour identifier de façon concrète la contribution des parlementaires en terme de résolutions et de recommandations en faveur d’une meilleure prise en charge nutritionnelle des enfants.

Une première étape a conduit la délégation sur un site de référence de prise en charge et de prévention de la malnutrition situé dans l’enceinte Centre médical de Zorgho.

A l’arrivée de la délégation, les parlementaires ont eu droit à une présentation de la carte sanitaire de la région faite par le responsable du centre. Cette séance a été suivie d’une visite guidée du centre de récupération nutritionnelle (CREN) qui a permis aux parlementaires de comprendre le processus de prise en charge des enfants malnutris et d’échanger avec les pensionnaires du centre.

La présentation orientée sur la prise en charge de la malnutrition soutenue par des statistiques a permis aux députés de mesurer l’ampleur du problème de la malnutrition, d’appréhender les causes et les conséquences de la malnutrition des enfants.

Les données répertoriées au cours de la période de 2010 au premier semestre de 2013 indiquent sur les trois ans une flambée progressive du nombre d’admission aussi bien pour  les cas de malnutrition aigüe modérée (1119 cas avec 100% de récupération) que les cas de malnutrition aigüe sévère (1224 cas admis, 1019 guéris et 40 décès). Il faut souligner que la plupart des décès sont à la référence tardive des enfants victimes de malnutrition aigüe sévère vers les structures de prise en charge. Si cette hausse traduit la performance du district en termes de dépistage, elle constitue aussi la preuve manifeste que la malnutrition est très répandue et sévit avec gravité dans la région.  Il faut noter qu’en dehors de la région du Sahel, le plateau central occupe au niveau national la deuxième place pour la malnutrition des enfants.

© UNICEF Burkina Faso/2013/Tarpilga C.
Mme Bationo Valentine, présidente de l'association Chant de femmes expliquant les stratégies et approches de l'association aux parlementaires en visite dans le village de Rapadama (commune de Zam), Burkina Faso

La seconde étape fut celle du village de Rapadama dans la commune de Zam où la délégation a rendu visite à l’Association Chant de Femmes qui a une expérience prouvée dans le domaine de la mobilisation sociale, de l’hygiène et assainissement et la lutte contre la malnutrition des enfants. Cette association mène des activités de renforcement des capacités des femmes pour la prise en charge de l’hygiène et l’assainissement et la santé dans les ménages où l’alimentation et la nutrition de l’enfant occupent une place importante.

Les échanges avec les membres de l’association ont permis de recueillir des témoignages des bénéficiaires,  de découvrir des approches innovantes en matière de lutte contre la malnutrition, l’alimentation complémentaire du jeune enfant et l’allaitement exclusif.

Pour madame Bationo Valentine, Présidente de l’association Chant de femmes, le développement du thème de la nutrition et de l’alimentation de l’enfant impose une démarche qui associe la théorie à la pratique en passant par les témoignages des bénéficiaires. « L’identification des signes de la malnutrition par les mères et les démonstrations de bouillie enrichie constituent des éléments importants dans le dispositif de la formation dispensée aux femmes » confie-t-elle.

Le succès enregistré par l’association dans la formation des bénéficiaires sur la nutrition et l’alimentation de l’enfant tient du fait que tous les modules développés sont intégrés les uns aux autres et répondent à une démarche pédagogique. L’hygiène, l’assainissement, la santé prénatale, la nutrition, l’alimentation complémentaire du jeune enfant sont systématiquement  reliés, ce qui participe à faciliter la compréhension des bénéficiaires.

Dans la région du Ganzourgou, l’approche de l’association Chant de Femmes à travers la formation et la sensibilisation des femmes ont véritablement induit un changement de comportements favorables au bien-être et à l’épanouissement des enfants. « La formation effectuée en amont par Chant de femmes a des retombées positives au niveau du Centre de santé et de promotion sociale (CSPS) de Rapadama. Lors des consultations, nous constatons de plus en plus la réduction des cas de diarrhées et d’anémie chez les enfants » témoigne Mme Bandré Pascaline, infirmière chef de poste de la localité. « En plus, les activités de salubrité et d’assainissement menées par l’association au niveau du  CSPS, du marché et d’autres endroits publiques ont contribué à améliorer considérablement le cadre de vie de la population de la localité », ajoute-elle.

Avant de prendre congé, les députés ont voulu connaître les attentes des femmes de l’association. Elles ont insisté sur la création d’activités génératrices de revenus (AGR) qui leur permettra de subvenir aux besoins de leurs familles et d’assurer une nutrition et une alimentation adéquates de leurs enfants.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children