Centre média

Presse

Photo reportages

Vidéos

Contacts pour information

 

Atelier de réflexion sur la malnutrition des enfants, ses conséquences et les alternatives palliatives

© UNICEF Burkina Faso/2013/Tarpilga C.
La représentante des enfants a interpellé le gouvernement, les parlementaires, les décideurs et les parents à s’engager et à adopter des stratégies et des pratiques aptes à réduire voir éradiquer la malnutrition au Burkina Faso

Un atelier de réflexion sur La malnutrition des enfants, ses conséquences et les alternatives palliatives s’est tenu du 23 juillet 2013 dans la salle de conférence de l’hôtel Palace à Ouagadougou. La cérémonie d’ouverture de cet atelier était placée sous le haut patronage de son Excellence monsieur le Président de l’Assemblée nationale et sous le parrainage de Madame Christiane Tiao, épouse de son Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement du Burkina Faso.

Organisé par le Réseau des Parlementaires Burkinabè pour la promotion des droits de l’enfant (REPRODEN) avec l’appui de l’UNICEF, cet atelier a regroupé du 23 au 25 juillet environ 200 participants représentant les députés, les décideurs de l’Etat et des organisations de la société civile, les partenaires techniques et financier, et les techniciens de la nutrition. L’objectif de l’atelier était de:
- Faire prendre conscience du fléau de la malnutrition, et de ses conséquences ;
- Faire connaître les politiques et stratégies actuelles de lutte contre la malnutrition et leurs limites
- Identifier les stratégies d’action et d’intervention des parlementaires pour la réduction de la malnutrition au Burkina Faso ;
- Prendre des résolutions et formuler des recommandations pour une meilleure prise en charge de la malnutrition des enfants.

      Madame Marie Claire Guigma, coordonnatrice du Réseau a, dans son mot de bienvenue, remercié la marraine, les députés et l’ensemble des participants pour l’intérêt accordé à la problématique de la malnutrition au Burkina Fao. Pour la coordonnatrice, le REPRODEN veut, à travers cet atelier tirer la sonnette d’alarme sur les causes ignorées de la malnutrition qui est un mal qui passe souvent inaperçu et qui provoque des ravages physiques et existentiels au sein des communautés. Elle a remercié l’UNICEF pour son accompagnement technique et financier qui contribue au renforcement de l’action parlementaire sur les problématiques liées à l’enfance.

La représentante des enfants à quant à elle interpellé le gouvernement, les parlementaires, les décideurs et les parents à s’engager et à adopter des stratégies et des pratiques aptes à réduire voir éradiquer la malnutrition au Burkina Faso. « Si nous sommes malnutris, nous serons malades. Si nous sommes malades, nous serons faibles, […] à l’école, nous serons les derniers. Sauvez-nous » a-t-elle lancé. Elle a, au nom de tous les enfants, remercié les parlementaires pour avoir initié cette rencontre qui se focalise sur leurs préoccupations et leur avenir.

Mme Tchibindat Félicité, Représentante de l’UNICEF par intérim a, dans son intervention, remercié les autorités du Burkina Faso pour leur engagement dans la lutte contre la malnutrition. Elle a plaidé pour un engagement des autorités, notamment les parlementaires à relever le défi que constitue la malnutrition et en faire une priorité du développement. « Investir dans l’éducation, la santé, la croissance économique sans adresser la malnutrition chronique, c’est bâtir une maison sur des fondations fragile », dira-t-elle.

Tout en reconnaissant les progrès réalisés dans la lutte contre la malnutrition chronique dont la prévalence est passée de 43% en 2003 à 33% en 2012, elle a exhorté les autorités  à redoubler d’efforts dans la lutte. Elle a renouvelé la disponibilité de l’UNICEF à accompagner selon ses capacités le REPRODEN dans toutes les actions visant à lutter contre la malnutrition, et au-delà, à renforcer les droits de l’enfant.

Mme Christiane Tiao, épouse de son Excellence Monsieur le Premier Ministre et marraine de l’atelier, a exprimé sa gratitude et son soutien pour l’initiative prise dans le but de réfléchir sur la malnutrition au Burkina Faso. Elle a, dans son intervention souligné la nécessité que des actions fortes soient entreprises non seulement pour renforcer les stratégies et politiques de lutte contre la malnutrition, mais également pour instituer d’autres mécanismes de lutte et les étendre au bénéfice de tous les enfants. Elle a remercié les parlementaires et les partenaires techniques et financiers, notamment l’UNICEF dont la contribution a permis la tenue de l’atelier.

© UNICEF Burkina Faso/2013/Tarpilga C.
M. Naboho Kanidoua, 1er Vice Président représentant le Président de l'Assemblée Nationale du Burkina Faso prononçant le discours d'ouvertue de l'atelier

Prenant la parole, Monsieur Naboho Kanidoua, Premier Vice-Président de l’Assemblé Nationale représentant le Président de l’Assemblée Nationale a remercié le REPRODEN qui a eu l’initiative d’organiser l’atelier sur la malnutrition des enfants et les alternatives palliatives qui pourraient être dégagées. Pour le représentant du Président de l’Assemblée Nationale, la malnutrition constitue un problème dont toutes les études s’accordent sur la gravité qu’elle représente non seulement pour chaque enfant mais aussi  pour chaque société en quête de développement. Aussi a-t-il traduit sa conviction que la malnutrition doit faire  partie des priorités non seulement en matière de politique nationale de santé mais aussi en matière de développement économique et sociale.
« L’Assemblée Nationale étant au centre de l’adoption et de l’allocation des ressources financières nécessaires à la mise en œuvre des plans et programmes de développement, les conclusions et recommandations issues de cet atelier seront d’une grande utilité pour tous les parlementaires » a dit M. Kanidoua en signe de témoignage de l’engagement du bureau de l’Assemblée Nationale à accompagner la mise en œuvre des conclusions de l’atelier.

Avant de terminer son propos, le Premier Vice-Président de l’Assemblé Nationale a réitéré ses remerciements à l’UNICEF pour son engagement et son soutien au REPRODEN. Il a, au nom du Président de l’Assemblée Nationale déclaré ouvert les travaux de l’atelier.

A l’issue des travaux de trois jours de l’atelier, des résolutions et des recommandations ont été adoptées.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children