Centre média

Presse

Photo reportages

Vidéos

Contacts pour information

 

Lancement de la campagne nationale de vaccination contre la rougeole

© UNICEF Burkina Faso/2011/Tarpilga C.
Un enfant en train d'être vacciné dans les bras du ministre de la Santé, M. Seydou Bouda

Par Moumouni Sanogo

Le lancement de la troisième campagne de suivi de la vaccination contre la rougeole à eu lieu le 9 avril 2011 à Ouagadougou sur deux sites d’observation que sont le CSPS urbain de Nagrin et un centre avancé de vaccination situé à Tengandogo dans quartier à habitat spontané.

La cérémonie s’est déroulée sous la présidence de monsieur Seydou Bouda, ministre de la santé. L’événement a enregistré la présence M. Hervé Périès, Représentant de l’UNCEF, de Mme Djamila Cabral, Représentante de l’OMS, des autorités administratives, des chefs coutumiers, du personnel de santé et une forte mobilisation de la population.

Prévue pour se dérouler du 8 au 14 Avril  2011 sur toute l’étendue du territoire, cette campagne a pour   cible plus de deux millions cinq cent mille enfants âgés de 9 mois à 5 ans.

Pour le Ministre de la Santé M. Seydou Bouda, la vaccination constitue un investissement sûr dans les enfants du fait qu’elle les met à l’abri des maladies pouvant les conduire à la mort et pourtant évitable. « La meilleure stratégie préventive est la vaccination », dit-il. « La stratégie de campagne couplée aux activités de PEV de routine a permis de mettre la maladie sous contrôle et actuellement, la létalité liée à la rougeole est autour de 1%. » a-t-il ajouté avec un sentiment de satisfaction.

Le ministre a invité les parents à continuer de fréquenter les centres de santé, d’y amener les enfants pour les faire vacciner et de surveiller le calendrier vaccinal des enfants.

Quant au Représentant de l’UNICEF M. Hervé Periès, il a signalé que  le fait de couvrir le maximum de population permet de réduire durablement la mortalité des enfants, notamment au niveau  des zones périurbaines souvent défavorisées où il y a encore des enfants qui échappent à la vaccination. « L’initiative de poursuivre, en plus des PEV de routine, les campagnes de vaccination contre la rougeole est extrêmement importante particulièrement pour les enfants malnutris », dit-il. « Il est nécessaire de faire ce type de campagne pour que tous les enfants soient bien immunisés afin de réduire la mortalité des enfants due à la rougeole », a-t-il ajouté.

© UNICEF Burkina Faso/2011/Tarpilga C.
Le chef traditionnel Toèg Naba Sanem de Tengandogo était présent sur le site de vaccination

Le lancement de cette campagne a été particulièrement marqué par la présence des autorités traditionnelles et coutumières sur les sites de vaccination. Le chef traditionnel de Tengandogo qui a tenu à être présent sur le site à témoigné tout son engagement et son soutien à la campagne et invité la population de la localité à faire vacciner tous les enfants concernés par la présente campagne. « Si je suis là, c’est parce que les enfants sont là. En tant que chef, je me soucie de la santé de la population et particulièrement celle des enfants » a déclaré  le chef de Tengandogo.

Il faut noter que les campagnes couplées au  renforcement du PEV de routine depuis 2000 qui a vu la couverture vaccinale anti rougeoleuse augmentée de 51% en 2000 à 94% en 2009 selon les résultats de la revue du PEV, ont permis d’enregistrer jusqu’en 2007 une réduction progressive de la morbidité et de la mortalité de la rougeole. Aussi la mise en œuvre de cette troisième campagne devra-t-elle permettre au  Burkina Faso, à l’instar d’autres pays de l’Afrique, de parvenir au pré élimination de la rougeole d’ici fin 2012.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children