Centre média

Presse

Photo reportages

Vidéos

Contacts pour information

 

Convention de subvention entre la Commission Européenne et l'UNICEF

© Unicef Burkina Faso/2007/Nduita J.J.
Poignée chaude entre Mme Joan French, Représentante de l'UNICEF et Mme Sari Suomalainen, Chef de Délégation de la Commission Européenne au Burkina Faso

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Commission européenne et l’UNICEF signent une convention de subvention pour améliorer l’accès à l’eau de 75000 personnes

Ouagadougou, 25 juillet (Commission Européenne-UNICEF)- La Commission Européenne au Burkina Faso et l’UNICEF signent le 25 juillet  à Ouagadougou une convention de subvention de l’ordre de 1.773.426 euros, soit environ un peu plus d’un milliard de CFA. La convention permettra d’améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour 75.000 personnes y compris les élèves de 80 écoles primaires et les pensionnaires de 20 centres de santé des provinces du Ganzourgou et de la Gnagnan.

La subvention de la Commission Européenne qui couvre 70% sur les 2.533466 euros  représentant le coût global du projet contribuera à réduire les taux du déficit des zones d’intervention respectivement de 32% à 21% en matière d’eau potable et de 99% à 96% pour l’assainissement.

Les 250 villages ciblés par le projet ne disposent pas de sources d’eau potables ni d’infrastructures d’assainissement. Les populations sont en proie aux maladies imputables à la mauvaise qualité de l’eau, à la malnutrition et à la pauvreté. Dans les provinces du Ganzourgou comme dans la Gnagnan, le taux de prévalence de la malnutrition des enfants est supérieur à la moyenne nationale. L’inventaire national des ouvrages hydraulique estime à 32% la proportion de la population de ces deux provinces qui sont situées à plus de 500m des sources d’eau potable tandis que seulement 1% des ménages ruraux dispose des latrines.

L’inadéquation entre l’accès à l’eau potable et à l’assainissement constitue par ses effets induits, un facteur d’accentuation de la pauvreté. La problématique de l'approvisionnement en eau potable et de l’assainissement est donc une thématique récurrente et très préoccupante dans les pays en développement. Fournir de l'eau potable, améliorer la gestion des ressources naturelles et assurer leur préservation  constituent des conditions sine qua non pour la réduction de la pauvreté et pour un développement durable dans les pays en développement.

Louis Michel, Commissaire européen en charge du développement et de l’aide humanitaire, déclarait récemment: «En 2005, nous avons contracté des engagements sans précédent pour accroître notre aide, améliorer la coordination et l’efficacité et mettre sur pied une stratégie de l’UE pour l’Afrique. L’heure est venue de tenir nos promesses, les actes sont plus éloquents que tous les discours. En assurant l’accès à l’eau, nous apportons la vie à des millions de personnes dans les pays ACP.»

Dans son discours, au cours de la cérémonie, Mme Joan French, Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso constate que : « l’intervention de l’UE traduit une fois de plus tout le potentiel de la collaboration entre l’UNICEF et l’Union Européenne ainsi que l’engagement de celle-ci à renforcer la capacité des pays de l’Afrique Caraïbes et Pacifiques à améliorer la réponse des populations en matière d’eau et assainissement».

Par ce projet se traduit à nouveau concrètement l'engagement de la Commission européenne et de l'UNICEF à accompagner le Burkina Faso dans  l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

Pour en savoir plus :

Matthieu Badolo, Commission Européenne
Delegation-burkina-faso@ec.europa.eu

Site web de la délégation de la CE au Burkina Faso :
http://www.delbfa.ec.europa.eu/

Soungalo Togola
UNICEF Burkina Faso
stogola@unicef.org  

 

Contexte:

La Facilité ACP-UE pour l'eau est un instrument financier du partenariat entre l'Union européenne et les pays Afrique Caraïbes Pacifique pour l'Eau. Le premier appel à propositions lancé en 2004, a contribué à l'amélioration de la gestion et de la gouvernance de l'eau, à la mise en place et à la réhabilitation d'infrastructures pour l'approvisionnement en eau et/ou son assainissement et à encourager les initiatives de la société civile.

Dotée de 500 millions d'euros (environ 328 milliards fcfa), la Facilité a permis de financer pour le Burkina 08 projets (dont 02 projets multi-pays), pour un montant total de 12.725 716 euros (dont 9 404 044 euros de contribution CE)

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children