Education

Bref aperçu

L'Unicef à l'action

Histoire vécue

 

Histoire vécue

© UNICEF/Burkina Faso/2015/Tarpilga
Saoura Hama, 15 ans. Elle est originaire de la commune de Bandoré près de la frontière du Niger à une cinquantaine de kilomètres de Dori. Elle est satisfaite des conditions d'étude et d'hébergement au collège Suudu Andal de Dori

Quand les bourses d’étude maintiennent les filles à l’école dans la région du Sahel

Djénélatou et Saoura fréquentent toutes deux la classe de sixième au collège notre dame du sahel/suudu andal située dans la ville de Dori au Nord du Burkina Faso. Originaires de localités géographiquement opposées et recrutées dans des contextes soci-économiques différents, Djénélatou et Hama ne cachent pas leur joie de se retrouver dans une cadre d’apprentissage qui offrent des commodités d’hébergement et d’étude qu’elles n’auraient jamais eu sans la bourse d’étude qui leur ont été octroyée.

Djénélatou Ouédraogo a 12 ans. Issue d’une famille modeste originaire de Silgadji dans la province du Soum, elle passa avec succès le certificat d’étude primaire et le concours d’entrée en sixième après un cursus scolaire entamé à l’âge de sept ans.

Saoura Hama, elle, a 15 ans. Elle est originaire de la localité de Damtambi dans la commune de Bandoré près de la frontière du Niger à une cinquantaine de kilomètres de Dori. Elle, tout comme Djénélatou passa avec succès son examen pour le Certificat d’études primaires et le concours d’entrée en sixième.

 

 

© UNICEF/Burkina Faso/2015/Tarpilga
Djénélatou, 12 ans, pensionnaire du collège Suudu Andal de Dori, fait elle-même son lit tous les matins avant de rejoindre les classes.

Si le recrutement de Djénélatou a été du fait du critère d’excellence qui a fortement milité en sa faveur au regard du premier rang qu’elle a occupé dans la région, pour Saoura, ce ne fut pas le cas. Elle a été admise sur recommandation de l’Action Sociale car issue d’une famille très pauvre.
 Après la réussite aux examens de fin d’année, Saoura ne savait pas qu’elle continuerait  ses études. « Mes parents sont dépourvus de moyens ». confie-t-elle.  N’eut été l’intervention de son oncle auprès des responsables de la commune et de l’Action sociale et eu égard à sa situation de vulnérabilité, Saoura n’aurait bénéficié de bourse pour continuer ses études au collège.

Au Burkina Faso, les principales causes de la sous scolarisation des filles ou d’abandon de l’école par les filles sont d’ordre socioculturel et économique. Deux principaux facteurs socioculturels sont cités : les grossesses non désirées et le mariage des enfants. Les causes économiques sont liées à l’insuffisance des moyens financiers et matériels qui ne permettent pas aux filles de poursuivre les études.
Parmi les mesures correctives figurent l’augmentation de l’offre éducation en faveur des filles mais aussi le soutien économique et psychosocial à leur endroit.
Le collège notre Dame du Sahel Suudu Andal de Dori qui s’inscrit dans cette vision est d’un apport considérable pour l’accès et le maintien des filles au niveau du système éducatif au Sahel

Selon Sœur Henriette, directrice du collège notre dame du Sahel Suudu Handal, le recrutement se fait dans toutes les 26 communes que compte la Région du Sahel soit une fille par commune. Il se fait selon les critères d’excellence et de pauvreté. Outre les 26 filles issues des 26 communes, un quota de 4 filles en situation de vulnérabilité revient à l’Action Sociale qui les recommande au collège soit un effectif total de 30 filles annuellement recrutés. " Cette année, nous avons en tout 65 filles bénéficiaires de bourse inscrites au collège. 50 ont des bourses complètes avec le régime d’internat tandis que 15 filles bénéficient  de demi- bourses pour le régime d’externat." dit soeur Henriette.

Pour l’UNICEF, la région du Sahel est prioritaire en matière d’éducation au regard de la faiblesse des indicateurs d’accès et de maintien de tous les enfants mais des filles en particulier.
En 2015, l’UNICEF avec l’appui du gouvernement du Japon a octroyé dans le cadre de la promotion de l’abandon du mariage d’enfant 115 bourses,  300 vélos, 7500 kits scolaires aux filles de la région du Sahel. Cet important appui a touché les  bénéficiaires des structures comme le collège Suudu Andal et d’autres  établissements post primaires de la région du Sahel notamment dans le Séno, l’Oudalan, le Soum et la Yaga.

Encore d'autres histoires de vie...

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children